Une station espion de la NSA, en plein Paris

1412ObsChineLa semaine passée, L'Obs révélait, en "une", que la Chine espionnait la France grâce à une station d'écoute installée sur le toit d'une annexe de l'ambassade de Chine à Chevilly Larue, en banlieue parisienne.

De fait, le "scoop" de Vincent Jauvert, intitulé "Comment la Chine espionne le monde depuis la banlieue parisienne", explique que les antennes pointent vers des satellites permettant des communications entre l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient, et qu'ils ne ciblent donc pas particulièrement les Français.

Hier, j'en faisais ma chronique pour L'Autre JT, la nouvelle émission hebdo de France4, expliquant que, si les Chinois n'espionnent probablement pas particulièrement les Français, la NSA a, de son côté, installé une station d'écoute sur le toit de l'ambassade des USA, place de la Concorde, à quelques mètres de l'Elysée.

Passée jusque là inaperçue, l'information avait été révélée par le blogueur (et twittos) Zone d'intérêt, puis confirmée par le journaliste Antoine Lefébure (auteur d'un excellent essai sur l'affaire Snowden), avec qui j'avais été, sur place, en compagnie de Duncan Campbell, le journaliste britannique qui avait, le premier, révélé l'existence du système anglo-saxon Echelon de surveillance des télécommunications.

amb-usa

Et on avait bien rigolé en découvrant que les fenêtres avec volets fermées que l'on peut voir sur la photo ont en fait été peintes : ce sont des fausses, à la façon des villages Potemkine, ces trompe-l'oeil créés afin de masquer la pauvreté des villages lors de la visite de l'impératrice Catherine II en Crimée en 1787...

Dans son article (passionnant : Les grandes oreilles américaines à Paris) Zone d'Intérêt explique que cette station a vraisemblablement été installée entre 2004 et 2005, et que ce type de centres d'écoute (Special Collection Service -SCS), opérées conjointement par la CIA et la NSA, est en mesure d'intercepter les signaux dans les gammes de fréquences correspondant à la téléphonie mobile, aux transmissions HF et aux communications satellite, d'assurer la géolocalisation des terminaux, et de recourir à des IMSI catchers pour simuler de fausses antennes-relais et intercepter des communications.

Il souligne également que cette station espion est opportunément située "à seulement 350m du palais de l'Elysée, 450m du Ministère de l'Intérieur, 600m du Ministère de la Justice, 700m du Ministère des Affaires Etrangères et de l'Assemblée Nationale, et 950m du Ministère de la Défense (et qu')on trouve également dans un rayon d'un kilomètre plusieurs ambassades et des entreprises stratégiques...

A noter que la pratique n'a rien de très exceptionnel : on trouve ce type de stations d'écoute sur le toit de nombreuses autres ambassades dans le monde entier (Duncan Campbell en a répertorié plusieurs), et que les Etats-Unis ne sont pas les seuls à le faire, Vincent Jauvert évoquant ainsi les pratiques des services de renseignement israélien et russes en la matière.

Ca a eu l'air d'intéresser l'équipe du Zapping de Canal +, qui a repris l'information, en deux temps :

Voir aussi :
La NSA n’espionne pas tant la France que ça
« Sur Internet, on est tous pirates, et ça c’est bien »
CONFIDENTIEL — NE PAS DIFFUSER SUR INTERNET
Surveillance: pourquoi je suis assez optimiste (à moyen terme en tout cas)
Le 11 septembre 2001 fut un « cadeau fait à la NSA », dixit… le n°3 de la NSA



Suite / Site officiel