Guerre au cash : « Un monde sans espèces arrive et ce sera un monde totalement différent de celui dans lequel nous vivons « 

Comment: La suppression du cash représente une menace quelque peu abstraite pour la population. Nous mettons tous les jours la main au porte-monnaie : pièces et billets s'y trouvent encore. L'exemple Indien, inattendu (précipité ?), nous montre que politiciens et banquiers imaginent, décrètent, et, du jour au lendemain, appliquent les mesures les plus insensées sans qu'ils soient freinés, empêchés, stoppés. Voici bien notre réalité. Celle qui nous fait prendre conscience que, par delà les États et les régimes politiques, seul un pouvoir tentaculaire tout à fait réel peut exercer une influence aussi manifestement nuisible sur l'ensemble de l'humanité. Amenant celle-ci sur la voie, criante d'évidence, de la servitude, par le biais de la finance, des guerres, des distractions médiatiques. Ce n'est qu'une question de temps, bien sûr, avant que notre pays, qui soufre depuis quelques temps de macronite aiguë et de terroristite permanente, ne suive l'exemple indien. Alors que Bruxelles envisage de limiter les payements en espèce pour lutter contre le terrorisme, un célèbre investisseur américain estime que les gouvernements tenteront de contrôler la population en faisant disparaître l'argent liquide. « Les gouvernements se soucient toujours d'eux-mêmes en premier et c'est la même chose qui se passe depuis des centaines d'années. Les Indiens ont récemment fait la même chose. Ils ont retiré 86 pourcent de la monnaie en circulation et ils ont rendu illégal de dépenser plus de, je pense que c'est autour de 4 000 dollars, pour toute transaction en espèce. En France vous ne pouvez pas utiliser plus de, je pense que c'est 1 000 euros », a déclaré Jim Rogers dans une interview sur le podcast d'économie MacroVoices. « De nombreux pays font déjà cela. Dans certains Etats aux Etats-Unis, vous ne pouvez pas faire de transactions en espèce au-dessus d'un certain montant. Les gouvernements aiment ça. Ainsi, ils peuvent vous contrôler. Si vous voulez aller vous acheter une tasse de café, ils savent combien vous en buvez, où vous les achetez », a déclaré l'investisseur, précisant que les dirigeants assureraient toujours agir pour le bien public et non pour eux-mêmes.

Suite / Site officiel