Hillary-cane et ne veut pas passer de test neurocognitif

Commentaire : Pas folle la guêpe... Ou plutôt si ? Complètement, c'est presque sûr. On avait bien deviné, au vu de la brochette de cinglés qui squattent les sommets du pouvoir depuis quelques décennies aux États-Unis, que les "normes usuelles pour tout candidat à la présidence" proposent un barème sans aucun doute inversé : le candidat possède-t-il suffisamment de traits psychopathiques pour se faire adouber par un "état profond" tout aussi malade et nuisible ? Pour la Killary dégénérée que nous avons là, la réponse est oui, on en est certain : Du malaise d'Hillary Clinton à la commémoration du 11 septembre Un discours mensonger, un rêve de guerre totale : voter pour Hillary c'est pas bon du tout Du caillot de sang d'Hillary Les quelques morts dans le placard de Killary Killary-sque de changement de plan Traduction : Fawkes News Lors d'un échange embarrassant, une journaliste d'ABC News qui flattait Hillary Clinton, celle-ci lui demanda si elle serait prête à passer un test neurocognitif. Clinton se mit alors à rire et déclara que « ce n'était pas nécessaire ». « Vous savez, je m'excuse d'avoir eu une pneumonie » dit Clinton après son assez étrange éclat de rire exagéré. « Je suis très heureuse que les antibiotiques aient réglé le problème et euh, aujourd'hui c'est du passé. J'ai répondu aux normes usuelles pour tout candidat à la présidence en termes de publication de l'information sur ma santé. » a-t-elle affirmé. « Je dois dire que mon adversaire n'a pas respecté ces normes. Je suis donc très heureuse que nous ayons toutes les informations dont nous disposons, qui reflètent ma santé et je suis physiquement et mentalement saine et apte à être présidente des États-Unis. », A ajouté Mme Clinton. Lorsque la journaliste, Sarina Fazan, a demandé à Clinton une seconde fois si elle serait prête à passer des tests neurologiques, Hillary a répondu aussi tôt : « Cela n'est pas nécessaire. Je veux dire, l'information est très claire et l'information comme je l'ai dit satisfait aux normes que toute autre personne en lice pour la présidence a jamais eu à satisfaire et je suis heureuse que nous ayons satisfait ces normes et même que nous les ayons dépassé à certains égards ». Les tests neurocognitifs auxquels Fazan se référait sont recommandés pour les personnes de plus de 65 afin de détecter les signes précoces de la démence et de la maladie d'Alzheimer. Étant donné qu'Hillary a des antécédents de chutes, d'évanouissements et de traumatisme crânien, il est presque certain que ces tests auraient été systématiquement recommandés à quelqu'un de son âge et avec des problèmes de santé de ce type. Elle a également pris des antibiotiques qui sont connus pour causer des problèmes psychiatriques graves dans certains cas. Pourtant, Hillary semble trouver la suggestion de subir des tests neurologiques amusant voir ridicule...

Suite / Site officiel