La couverture médiatique occidentale dominée par la « propagande »

La couverture médiatique occidentale des conflits en Irak et en Syrie est dominée par la « propagande » et le « parti pris » qui tend à nous livrer un message mensonger, a affirmé hier l'analyste britannique, Patrick Cockburn. Dans le quotidien britannique, The Independent, l'analyste relève qu'une simple comparaison de la couverture médiatique de l'intervention militaire étrangère de la coalition occidentale à Mossoul en Irak et celle de la Russie à l'Est d'Alep en Syrie, « révèle beaucoup de choses sur la propagande que nous consommons ». Il explique que malgré que les deux villes « sont assiégées par les forces pro-gouvernementales fortement soutenues par une puissance aérienne étrangère », la couverture des médias est « très différente ». « Pendant que le bombardement de l'Est d'Alep a provoqué la révulsion et la condamnation dans le monde entier, les médias internationaux traitent différemment une situation similaire à Mossoul, à 300 miles (482 km) à l'est d'Alep », a relevé le journaliste et écrivain, Patrick Cockburn, spécialiste du Moyen-Orient. Il ajoute qu'à Mossoul et à l'Est d'Alep, vivent des civils, et des « insurgés », et les gouvernements irakiens et syriens sont appuyés par des forces étrangères pour combattre des « insurgés », pourtant, les médias appellent terroristes à Mossoul, ceux qu'ils occultent à Alep Est.

Suite / Site officiel